Groupe d’Exercice COordonné (GECO) en Chirurgie Ambulatoire de Cesson-Sévigné

Image Conçu par Freepik

Contexte et objectifs

Ce projet s’inscrit dans plusieurs principes qui fondent l’évolution de l’offre de soins : le virage ambulatoire, la responsabilité partagée des professionnels dans un territoire, le patient partenaire de son soin et la traçabilité des démarches qualité.

Dans la région de Rennes, sur le territoire d’attractivité de l’Hôpital Privé de Cesson-Sévigné, le programme d’exercice coordonné en chirurgie ambulatoire élaboré en 2006 en partenariat avec la clinique de Cesson-Sévigné et l’URPS médecins de bretagne, met en place une coordination entre l’établissement de santé et les soins primaires du territoire pour répondre à un triple objectif :

  • Améliorer la prise en charge des patients en renforçant la coordination entre les acteurs de l’établissement et les médecins et infirmiers libéraux de ville intervenant auprès de lui, pour organiser le suivi après la sortie de chirurgie en fonction de la prévisibilité des suites post-opératoires, des antécédents médicaux, chirurgicaux, psychosociaux et environnementaux du patient. Les chirurgies concernées sont : les amygdalectomies chez l’enfant, les hernies inguinales chez l’adulte, les cholécystectomies, les résections trans-urétérales de prostate.
  • Construire des liens forts entre l’établissement de santé et les professionnels libéraux du territoire par des outils de coordination et de communication partagés et travaillés en commun : dossier de liaison, ordonnances de sortie, fiches explicatives remises au patient et aux professionnels de ville en amont de la chirurgie, questionnaires de sortie patients et professionnels de ville… Depuis fin 2016, la plate-forme en ligne PAPRICA permet de consolider ces liens.
  • Promouvoir une démarche qualité et d’amélioration des pratiques par la mise en place d’un protocole permettant le recueil et l’analyse d’indicateurs qualité et sécurité, et la mise en place d’une cellule de vigilance réunissant les acteurs de l’établissement et les acteurs de ville du territoire, afin d’analyser l’ensemble des indicateurs et mettre en place des actions d’amélioration.

0

Points de vigilance et difficultés rencontrées 

Ce projet nécessite une forte implication médicale : rédaction de fiches techniques, participation aux réunions de la cellule de vigilance, groupes de travail sur la rédaction d’ordonnances communes… et avant tout une remise en question des pratiques professionnelles. Les professionnels doivent donc être impliqués dans le projet le plus en amont possible.

0

Eléments clefs de réussite :  Un processus organisationnel rigoureux, qui repose sur un tryptique innovant 

  • Un patient acteur de sa démarche, rendu partenaire de son soin et qui s’intègre dans une dynamique qualité de la prise en charge pour d’autres patients.
  • Des outils de coordination et de démarche qualité que se sont appropriés les acteurs de santé et les patients.
  • Une organisation territoriale, préfigurant la mise en place d’un « Hôpital de parcours », modèle d’organisation transversal entre la ville et l’établissement.

0

Résultats et éléments d’évaluation :

Entre 2006 et 2016, 6114 patients ont été inclus dans le programmes, et 862 médecins généralistes.

Pour les amygdalectomies chez l’enfant réduction très significative des EVA > 3 ainsi qu’une sécurisation du retour à domicile pour les parents. Pour les hernies inguinales chez l’adulte, une mesure d’impact des pratiques sur la prise en charge a permis dès 2009 de réaliser cette intervention en ambulatoire de manière majoritaire grâce au lien avec le territoire. Concernant les cholécystectomies, les ordonnances de sortie ont été revues pour mieux prévenir les nausées et vomissements post opératoires, permettant ainsi une amélioration du taux de survenue passant de 21% en 2014 à 6% en 2015.
Le suivi des résections trans-urétérales de prostate laser par les infirmières libérales a permis, par une amélioration de l’information du patient sur la conduite à tenir et sur l’hydratation, un taux d’ablation de la sonde urinaire plus précoce et un très faible taux de ré-hospitalisation.

0

Reproductible sur d’autres territoires, et pour d’autre types de prise en charge (RRAC, pathologies médicales chroniques comme la chimiothérapie à domicile, la prise en charge des personnes dépendantes …), ce programme innovant, développant des « Communautés de pratiques », préfigure également la mise en place de « l’Hôpital de demain », projet médical pour une innovation économique, sociale et sociétale au service du patient.

>>>urpsmlb_egios_flyerGeco_A5_BATimpression (2)